Le Blog de la Florithérapie
Tristesse

Joie de Vivre : récit de la naissance du nouveau composé

Le dernier né des composés floraux DEVA, JOIE DE VIVRE, invite à retrouver la joie simple et spontanée de la Nature. Cette joie de l’enfance toute entière dans le moment présent.

La nécessité de créer ce composé s’est imposée très rapidement comme une évidence, en réponse à un besoin actuel pressent. Pascale Millier, directrice scientifique du laboratoire DEVA revient sur la création de ce bouquet floral :

Pouvez-vous nous raconter comment est née l’envie du composé ?

Parmi toute la palette des émotions, il en existe 4 dites « primaires » : la colère, la joie, la tristesse et la peur.

La joie est une émotion positive sur laquelle nous n’avions pas encore beaucoup travaillé alors que tous les philosophes depuis Confucius s’y sont intéressés.

Un des défis de ce travail de recherche a donc été : « comment élaborer un composé pour apporter de la joie, qui est une émotion positive et constructive, et lever les obstacles à la joie ? ».

Les recherches sur la joie se sont considérablement accélérées avec l’épidémie de COVID : au printemps dernier, la sidération et la perte de la joie nous ont amené à approfondir et poursuivre les recherches initiées pour aboutir ce composé.

Il y avait une demande pour accéder à une joie intérieure : nous étions tous isolés les uns des autres, la joie prenait son sens profond : ce que les philosophes décrivent comme le plaisir de l’âme. La joie est essentielle à chacun, et pour beaucoup elle se trouve dans le partage et dans l’appartenance au groupe.

Je dis souvent que « le bonheur c’est être à la bonne heure ». L’heure était venue de faire aboutir ce projet.

Ce composé est donc né du désir de faire grandir la joie, pour soi-même et pour la diffuser autrement lorsqu’on ne peut pas toucher, montrer par son sourire. La joie se lit dans les yeux ; il y a une étincelle de vie, elle se partage par le regard.

Quel processus de travail a été mis en place ?

Le point de départ en ce qui me concerne a été la lecture du livre de Lytta Basset « La joie imprenable » et un  questionnement profond sur ce qu’est la joie, la dimension de l’âme et la dimension spirituelle , et à partir de là comment les élixirs floraux  participent à trouver ou retrouver de la joie.

Le processus de recherche est un travail minutieux d’analyse des données accumulées de l’expérience et des connaissances acquises dans la pratique, autant qu’un travail créatif et de synthèse.  C’est d’abord un travail personnel, que je mène avec l’assistance de Patricia Solnon, qui a écrit l’article du Blog sur le Composé Joie de vivre, et des Devas de la Nature, qui permet de composer un premier bouquet. C’est ensuite l’épreuve de la réalité du terrain ! Les retours des   consultants experts et professionnels de la santé de toutes formations de base nous amène à faire évoluer la formule de base. Comme toujours, la formule de base de ce composé a beaucoup évolué suite aux retours des tests terrain.

Il faut s’imaginer un composé comme un puzzle qui tient compte à la fois des demandes du terrain, des choix basés sur les connaissances, les ressentis et intuitions ( cerveau gauche et cerveau droit), et les retours du terrain.

Tout de suite, l’églantier s’est imposé comme la fleur centrale : sur la base des travaux de Bach et des retours des soignants dans les EHPADs, c’est l’élixir de la « vie debout jusqu’au bout ». L’églantier « remet l’étincelle dans le regard », et donne envie de croquer la vie quelles que soient les circonstances et les conditions.

Ensuite il y a eu différents bouquets.  Une évolution  est  particulièrement notable. Au départ nous avions une fleur issue de la recherche contemporaine « Zinnia » pour retrouver la joie émerveillée de l’enfant. Alors qu’elle semblait logiquement et naturellement avoir une place dans ce composé, elle a finalement été remplacée,  dans l’évolution de la formule, au profit de la fleur de coquelicot.

Comme le Zinnia, le Coquelicot  apporte la joie de l’enfant, elle est  décrite dans le livre « Les Fleurs et leurs messages » (La Mère) comme la fleur de la joie simple et spontanée de la nature. Cela  a impliqué une recherche spécifique car elle ne faisait pas partie de la florithèque DEVA.

Tout le monde connait le coquelicot : il est accessible en termes de symbolisme et visible partout, quand le zinnia est moins accessible spontanément et moins sauvage dans notre pays. L’enjeu étant de trouver la formule la plus universelle possible,  c’est cette dimension universelle qui a imposé le coquelicot.

Le composé se devait aussi de répondre à plusieurs problématiques qui empêchent la joie d’être . Les fleurs contemporaines qui se sont révélées les plus en adéquation avec cette problématique  sont l’Abricotier et le Cerisier sauvage. Ce sont des fleurs d’arbres fruitiers : l’abricotier est un « fruit velours », il apporte sécurité dans le côté doux et sucré, il lève les obstacles à la joie. Il nous met dans une rondeur, une tendresse et un ressenti d’apaisement de toutes les insécurités, permettant ainsi de ressentir la joie.

C’est pour cela qu’on dit que c’est dans le silence et la méditation qu’on trouve la joie intérieure.

Le cerisier sauvage s’est révélé très vite : il suffit de voir l’explosion de fleurs au printemps. Il est très en lien avec cette sève, cette vitalité. Le cerisier sauvage est le symbole de ce qu’on ressent au printemps.

Qui dit Joie dit Lumière et qui dit Lumière dit Couleur jaune.  Il manquait une fleur jaune pour que ce Composé s’adresse au plus grand nombre de situations où la joie manque. Parmi toutes les Bach et contemporaines, il y  a beaucoup de fleurs jaunes en lien avec la joie.

La fleur qui est « sortie » est la fleur de Moutarde. La  préparatrice  cueilleuse qui a préparé l’EM en mars, bien entendu  à partir de fleurs sauvages de moutarde, a dit avoir ressenti ce que décrivait Bach « comme un   un état profond  de joie intérieure. »  

La moutarde apporte une note de transgénérationnel à ce composé : elle permet  à celui qui porte une tristesse qui n’est pas la sienne, une tristesse à  un autre niveau, de retrouver la joie. Elle donne une note très profonde à ce composé qui agit sur  toutes les dimensions de l’être et de la vie.

 

Quel critère permet d’identifier que vous êtes arrivés au « bouquet final » ?

Lorsque nous avons plusieurs formules, elles sont testées par des professionnels en élixirs floraux et en énergétique. Comme je l’ai déjà exprimé, le travail sur le composé allie autant cerveau gauche et cerveau droit : il y a autant de connaissance que d’intuition.

Les retours sont confrontés, et se rejoignent au final sur une formule dont on est sûrs qu’elle est adaptée au moment donné.  Ça ne veut pas dire que dans 5 ans cette formule n’aura pas besoin d’évoluer, en fonction des changements et de l’impermanence. Il est sage d’écouter les signes et de vérifier la justesse d’un Composé lorsque la demande change. Nous venons d’en faire l’expérience pour le composé   Protection Emotionnelle dont nous avons dû faire évoluer la formule pour répondre aux exigences croissantes de protection dans de multiples domaines.

La formule finale du Composé Joie de vivre qui a été validée est assez fidèle à ce que j’imaginais au départ, et elle a surtout été très rapidement adoptée.
Au printemps dernier, quand le terrain nous a fait remonter qu’il devenait urgent d’apporter une réponse, tout s’est mis en place très rapidement, facilement, en en fluidité, signe que tout était à sa place au bon moment.

Preuve que la demande est importante, et la formule ajustée, ce composé est déjà dans le Top 5 des composés floraux Deva. Il est aussi plébiscité  dans les EHPAD où on nous le réclame spontanément, pas seulement pour les résidents, aussi pour les familles, et  les équipes soignantes.

 

Vous aimerez aussi...

  • Lacharme Isabelle
    20 mai 2021 at 22 h 05 min

    Vous associez l’émotion Joie de vivre à l’enfance. Et si la joie n’était pas présente dans l’enfance de la personne, faut-il ajouter autre chose ou proposer d’abord un autre élixir ?

    • Brigitte
      20 juillet 2021 at 13 h 48 min

      Bonjour, l’exemple cité dans l’article sur les farandoles d’enfants, est simplement la pour illustrer que la joie est mouvement et que cette émotion peux se manifester par surprise et cela à tout âge « Définition de la joie Selon le dictionnaire, la joie se définit ainsi : Sentiment de plaisir, de bonheur intense, caractérisé par sa plénitude et sa durée limitée, et éprouvé par quelqu’un dont une aspiration, un désir est satisfait ou en voie de l’être : Ressentir une grande joie. Être fou de joie. Quelques autres expressions : pleurer de joie, être en joie, être transporté de joie, sauter de joie, s’en donner à cœur joie, être la joie de quelqu’un, être dans la joie de son cœur… »
      Chacun des élixirs floraux du composé « joie de vivre » a été expérimenté et sélectionné pour nous aider à ressentir et éprouver plus de joie au quotidien, toutefois pour répondre à votre remarque : « Et si la joie n’était pas présente dans l’enfance de la personne » l’élixir floral le Zinnia peut alors s’avérer être un bel accompagnement, en effet : l’élixir floral le Zinnia reconnecte l’individu avec l’enfant intérieur qui existe en lui. Il éveil cette capacité d’étonnement et d’émerveillement propre au monde de l’enfance . … l’élixir floral le Zinnia peut être utilisé seul 3 à 4 gouttes 3 à 4 fois par jour, en dehors des repas ou en association avec le composé joie de vivre, (même posologie). A votre écoute !

  • Cordier
    2 juillet 2021 at 22 h 16 min

    Tout d’abord merci pour nous partager les caractéristiques et les bienfaits des fleurs constituent les nouveaux composés.
    Le livre de Mr. De roide les décrivent très bien de façon individuelle. Mais cette nouvelle description m’a apporté plus de sensibilité pour comprendre bien le contexte de leur utilité.
    Je suis mexicaine et je vécu en France, en 2005 je suis allé à AUTRANS pour hacheter tous les kits de élixirs floraux, le livre et les cartes florales.
    M’a formation initial Dr. En pharmacie. Les Fleurs de Bach mon initiation à la thérapie de l’âme et aujourd’hui je les utilice avec le les système contemporain DEVA. Ici au Mexique je ne les trouve pas. Heureusement mes enfants continuent de m’aprovisioner chaque fois qui peuvent voyager.
    Je m’excuse de mon française que petit à petit commencé à être mois bon.
    En tout les cas merci j’ai un grand plaisir à vous lire.
    Amicalment Térésa Cordier.

    • Brigitte
      22 juillet 2021 at 9 h 07 min

      Merci pour votre témoignage Térésa, nous le transmettons à Vincent Belbèze (Sylfos) qui est notre distributeur en Amérique latine. Peut-être pourra t’il vous envoyer plus facilement les élixirs dont vous auriez éventuellement besoin entre les voyages de vos enfants.

      Votre français est encore très bon, n’hésitez pas à continuer à converser et échanger avec nous.
      Pascale Millier