Le Blog de la Florithérapie
Ado Adulte Au fil de la vie Hypersensibilité Personne Âgée

Vivre harmonieusement les différentes étapes de sa vie de femme

Les cycles féminins

Notre vie de femme, à l’instar du flux et reflux des marées, se trouve rythmée et orchestrée par nos hormones de la puberté à la ménopause. Les marées sont ici évoquées pour leurs mouvements cycliques et leur affinité particulière avec l’astre lunaire et l’attraction qu’il opère sur les fluides, car il est à noter que le cycle féminin et la lune résonnent ensemble depuis des millénaires.  

En effet d’un point de vue étymologique, le terme menstruation vient du mot latin mensis « mois » (proche du grec mene, la lune) qui évoque ici une parenté avec les cycles lunaires mensuels. Dans la mythologie romaine Luna est la déesse de la Lune et de la fertilité. Séléné joue ce même rôle dans la mythologie grecque, tandis qu’au panthéon inca des divinités féminines, Mama Quilla, également déesse de la Lune et protectrice des femmes, réglemente et régit tous les cycles du temps y compris les cycles menstruels.

Enfin, dans la philosophie chinoise et le Tao, l’énergie du corps, les organes, le sang sont en lien avec l’aspect Yin et le Yin se trouve, entre autres, lié au principe féminin, à la réceptivité…et à la lune.

Un heureux hasard ? le cycle lunaire. Composé de 4 phases : Nouvelle Lune, Premier Quartier, Pleine Lune, Dernier Quartier, est en résonance avec la cyclicité menstruelle composé de la phase pré ovulatoire, la phase ovulatoire, la phase prémenstruelle, la menstruation.

Alors qu’en est-il de nos hormones féminines ? nommées oestrogènes et progestérone et sécrétées par les ovaires, ces hormones sont contrôlées par deux autres, produites elles, dans notre cerveau : l’hormone lutéinisante (LH) sécrétée par l’anté-hypophyse et l’hormone folliculostimulante (FSH) sécrétée par l’hypophyse. L’hypophyse étant elle-même stimulée par l’hypothalamus. Ce mécanisme de précision s’active à la puberté avec l’apparition des cycles menstruels, destinés à préparer notre corps à une éventuelle grossesse.

Notre état de femme, jalonné de différentes étapes ; la puberté, la périménopause, la ménopause, la post-ménopause, sans oublier la grossesse, nous amène à expérimenter physiquement et émotionnellement divers troubles liés à la fluctuation de la production d’hormones au sein de notre organisme. Qu’ils soient physiologiques ou émotionnels, l’intensité de ces désagréments sera toutefois variable d’une femme à l’autre, certaines n’en éprouveront aucun, alors que chez d’autres ils seront exacerbés et viendront perturber leur quotidien.

Le syndrome prémenstruel (SPM)

Ces déséquilibres, regroupés sous le terme de Syndrome prémenstruel, ou SPM surviennent généralement quelques jours avant le début des règles et s’achèvent à l’arrivée de celles-ci.

  • Manifestations physiques et émotionnelles liées au SPM : Douleurs et crampes au niveau du ventre, troubles de l’appétit, nausées, troubles du sommeil, maux de tête, manque d’énergie ou fatigue intense, prise de poids, rétention d’eau, tension mammaire, chutes de tension…Extrême sensibilité allant jusqu’aux larmes, anxiété, susceptibilité, sensation d’être débordée et sous-estimée, lassitude …

Extrait de la revue médicale Suisse : « Selon l’American college of obstetricians and gynecologists, un pourcentage variant entre 20 et 40% des femmes en âge de procréer présenteraient un SPM. Cependant, d’autres recherches épidémiologiques sur la prévalence indiqueraient que 80 à 90% des femmes en âge de procréer présenteraient un SPM. Cinquante pour cent des femmes présenteraient une symptomatologie modérée, 35% des femmes souffriraient de symptômes perturbant leur vie sociale, professionnelle ou familiale et 5 à 10% des femmes souffriraient d’un syndrome prémenstruel sévère avec une perturbation grave de tous les aspects de la vie quotidienne.

  • L’incidence du TDPM trouble dysphorique prémenstruel se situerait autour de 3 à 8% des femmes en âge de procréer, c’est-à-dire bien moindre que celle du SPM.»

Le TPDM est une forme sévère du syndrome prémenstruel, pour lequel il est nécessaire d’envisager une prise en charge et un suivi médicamenteux. Une femme n’étant pas l’autre, c’est à notre gynécologue que nous confierons le soin, sur la base des symptômes identifiés, d’établir un diagnostic sur notre syndrome prémenstruel.

Alléger les symptômes 

Il existe des solutions simples et naturelles pour alléger les symptômes qui précèdent l’arrivée de nos règles. Quelques pistes ; l’application d’une bouillotte ou la prise d’un bain chaud apaiseront crampes, maux de ventres et tensions. Nous trouverons judicieux d’un point de vu alimentaire de diminuer notre consommation de thé, café, sel et alcool et nous procéderons de même pour l’usage du tabac qui pourrait exacerber certains symptômes (maux de tête, nausées,) … L’exercice physique, sous la forme d’une activité sportive douce (yoga, natation, marche) viendra stimuler la gestion du stress et de la nervosité améliorant ainsi les changements d’humeur. Nous pourrons également nous exercer à la méditation, puis sur les conseils de professionnels de santé être accompagnée par des remèdes homéopathiques, de phytothérapie et de florithérapie.

La ménopause

Le temps s’écoulant, notre organisme verra baisser naturellement sa production d’œstrogènes, nous conduisant ainsi vers une nouvelle étape de notre vie de femme, « la ménopause ». Mais avant cela, nous traverserons une période transitoire de 2 à 4 ans définie comme Périménopause ou Préménopause.

Là encore, certaines d’entre nous traverserons ces quelques années sans ressentir de troubles, alors que d’autres verront se manifester les premiers symptômes de la ménopause, elles observeront une irrégularité et une inconstance dans leurs cycles avec l’apparition de bouffées de chaleur et de sueurs nocturnes, s’accompagnant bien souvent d’une prise de poids. Les changements à l’œuvre au sein de notre corps durant cette période, nous inviteront d’ailleurs à nous réapproprier notre image.

D’autres symptômes, psychologiques ceux-ci, pourront également se révéler, tel qu’une baisse de la libido, des troubles de la concentration et du sommeil ainsi que des sautes d’humeur.

La chute d’œstrogènes pourra, elle, être la source de palpitations, de maux de ventre et de tête ou bien encore nous conduire vers un état de tristesse et de repli sur soi, auxquels s’associeront parfois la manifestation de troubles anxieux et troubles de l’alimentation. L’arrêt de la fertilité étant parfois vécu comme une perte de potentialité, certaines femmes considèreront la périménopause comme un signe de vieillissement, d’autant plus difficile à appréhender qu’elle coïncide souvent avec le départ des enfants ou l’approche de la fin de la carrière.

Mieux vivre ses symptômes

Comme pour le SPM il est possible de vivre plus agréablement cette période. L’instauration d’une bonne hygiène de vie permettra de diminuer certains inconforts, il sera recommandé d’éviter le tabac, l’alcool et les plats épicés, favorisant les bouffées de chaleur. S’adonner à une pratique sportive régulière offrira l’avantage de limiter la prise de poids et de renforcer le squelette. Quant à la gestion du stress et des angoisses, la méditation, l’hypnose et l’acupuncture représenteront de précieuses alliées. La phytothérapie, l’homéopathie, permettront de soulager nos symptômes, et la florithérapie équilibrera nos émotions.

La ménopause survient autour de 50 ans et correspond à l’arrêt de la synthèse des oestrogènes et de la progestérone qui vient de ce fait marquer l’absence des cycles menstruels. On mesure avec certitude qu’il s’agit bien des derniers cycles qu’après avoir traversé une année sans menstruations. Ayant commencé à s’installer lors de la périménopause, les symptômes décrits plus haut, s’expriment alors plus activement : Bouffées de chaleur, sudation, sécheresse vaginale, perte de la masse osseuse, troubles du sommeil, etc. Là encore ces symptômes s’avèrent tout à fait variables d’une femme à l’autre. L’incidence culturelle semblerait d’ailleurs jouer un rôle important dans la représentation que nous faisons de ce nouvel état

Recherche : (extrait de la Revue reflets Revue ontaroise d’intervention sociale et communautaire) une recherche effectuée par Lock, avait pour objectif de comparer les représentations de la ménopause au Japon et aux États-Unis illustrant alors clairement que plus l’image de la femme ménopausée est socialement valorisée, moins les femmes font état de symptômes physiques ou psychologiques. Dans certaines cultures, en effet accéder à la ménopause, c’est gagner en statut pour les femmes.  « En fait, selon ces recherches, ce sont les Nord-Américaines et les Européennes qui sembleraient avoir le plus de symptômes, qui vivraient le plus péniblement cette transition et qui auraient le plus de difficultés à percevoir la ménopause comme un phénomène naturel, au même titre que le début de la puberté.»

Post-ménopause

Cette période suit la transformation opérée à la ménopause et nous offre la possibilité de nous réinventer, de nous accorder un autre temps en cultivant une sensation plus aiguisée du soi. C’est également l’occasion d’explorer différemment notre potentiel créatif et de s’exercer à la transmission des savoirs et expériences acquises. La liberté de nous ouvrir à notre plein rayonnement en nous reliant à notre essence féminine pour ainsi l’accueillir et la chérir.

Les solutions avec la florithérapie

Nous l’avons constaté, nous sommes nombreuses à souhaiter alléger les troubles émotionnels liés aux déséquilibres hormonaux qui rythment nos vies de femmes. Le laboratoire DEVA à l’écoute des soignants et de leurs patientes a mobilisé son pôle recherche pour œuvrer à l’élaboration de deux composés uniques :

Le Composé floral N°17 Cycle Féminin se destinant à préserver l’harmonie de la femme tout au long de son cycle et le Composé floral N°18 Confort Féminin 50+ élaboré pour atténuer les inconforts liés à la ménopause et la périménopause.

Ces composés ont en commun trois Elixirs floraux :  Grenadier, Noyer et Scléranthus

  • L’élixir floral de Grenadier est directement lié à la féminité et agit sur l’impulsion créatrice féminine. Il est particulièrement indiqué aux femmes qui vivent partagées entre le désir de se consacrer au mieux à leur vie de famille et à celui d’être impliquées dans leur vie professionnelle. Grenadier est recommandé aux femmes qui n’arrivent pas à s’inscrire dans un processus de vie sociale, focalisées sur leur foyer elles ont le sentiment de ne plus rien faire. Cette situation peut s’accompagner de tensions psychiques et déclencher des maladies physiques (organes sexuels).      Cet élixir aide à prendre conscience de cette lutte interne et favorise ainsi l’éveil de la créativité féminine. Il est conseillé pour toute les situations qui nécessitent une redéfinition de l’identité féminine : puberté, adolescence, grossesse, ménopause et aux femmes qui manifestent des troubles gynécologiques (irrégularité des règles, douleurs, syndrome prémenstruel).
  • L’élixir floral de Noyer permet de nous adapter à tout changement, tout en nous sentant protégé et confiant à l’approche de nouvelles situations. Notre espace psychologique est alors libéré de toutes influences extérieures qui pourraient venir interférer avec notre idéal de vie. L’élixir de noyer est donc particulièrement indiqué durant les périodes de changement d’état à l’œuvre chaque mois lors du SPM ou à chaque étape liée à la vie d’une femme, puberté, grossesse, ménopause. Le Noyer, dit  ’briseur de chaines’’aide également à se libérer de vieux schémas et à rompre les liens qui nous attachent à un passé proche ou lointain.
  • L’élixir floral de Scléranthus est généralement conseillé aux personnes qui éprouvent des difficultés à prendre une décision avec clarté et détermination particulièrement lorsqu’elles sont placées entre deux choix. En Scléranthus sont inscrits les processus d’alternance et de cyclicité. Il agit sur les états d’âme dans les périodes où ceux-ci varient, exemple certaines femmes sujettes au syndrome prémenstruel. Ces phénomènes d’alternance et de cyclicité seront éprouvés aussi bien avec les troubles du cycle menstruel qu’avec les inconforts entourant la ménopause, pour exemple, douleur/absence de douleur, humeur joviale/tristesse, chaud/froid liés aux bouffées de chaleur etc...

Composé floral N°17 Cycle Féminin : Elixir floral d’Abricotier, Grenadier, Noyer, Orme, Valériane

3 gouttes ou 2 pulvérisations 3 à 4 fois par jour par voie orale, en cure de 14 jours avant, pendant et après la manifestation des inconforts liés au syndrome prémenstruel (conseil : être à l’écoute de soi, observer son cycle sur quelques mois et repérer le moment idéal pour prise du composé).

Élixir floral d’Abricotier apporte ses vertus réconfortantes et apaisante aux tempéraments nerveux et surmenés, facilement contrariés et sujets aux brusques sautes d’humeur. Abricotier aide à s’abandonner à la douceur et à retrouver sécurité et joie de vivre en se sentant présent dans son corps et en l’acceptant, en particulier lorsqu’on éprouve la sensation d’être étranger à soi-même. Abricotier viendra pallier à nos pulsions sucrées.

Élixir floral d’Orme vient apaiser le sentiment de se sentir momentanément débordée et accablée aussi bien émotionnellement que physiquement. Nous expérimentons parfois la sensation d’être submergée par la douleur, (douleur débordante) pour exemple les douleurs menstruelles. Cette impression de débordement peut également se manifester par la sensation d’être gonflée (rétention de liquide, tension au niveau des seins). Le recours à l’élixir floral d’Orme permettra d’alléger cette impression de débordement émotionnel et physique.

L’élixir floral de Valériane en équilibrant le système nerveux nous apporte ses qualités de douceur et d’équilibre, il aide à prendre de la hauteur pour surmonter les tensions nerveuses et les stress importants (anxiété, découragement, angoisse, dépression). Du fait de ses vertus tranquillisantes et calmantes Il favorise le relâchement émotionnel et mental en fin de journée, favorisant ainsi le sommeil.

 

Composé floral N° 18 Confort Féminin 50+

Elixir floral d’Alchémille commune, Amandier, Grenadier, Mauve, Noyer, Prunus

Usage : 3 gouttes ou 2 pulvérisations dans la bouche. 3 à 4 fois par jour

L’Alchémille, plante de santé des femmes est utilisée pour ses vertus reconnues sur la sphère génitale féminine. Son élixir floral nous relie à la dimension sacrée de la féminité et de l’archétype féminin, il renforce la féminité dans son aspect procréateur, maternel et protecteur. Il aide à surmonter les sentiments de perte, de manque ou de vide provoqué par tout choc ou traumatisme au niveau des organes reproducteurs comme les troubles gynécologiques
Il développe notre affinité avec la nature et la terre dans son aspect nourricier et nous invite à en prendre soin.

L’Elixir floral d’Amandier nous relie à la joie. En tonique universel il vivifie le corp et l’esprit, il est recommandé aux personnes qui ont peur de vieillir et n’acceptent pas les marques du temps. C’est l’élixir de la maturité accomplie habitée de la beauté éternelle de l’esprit. L’Amandier aide à l’acceptation du vieillissement du corps et à surmonter la nostalgie de la jeunesse. Il fortifie et régénère le corps physique en stimulant sa vitalité.

L’Elixir floral de Mauve, facilite l’ouverture sociale en accompagnant les personnes qui manquent d’estime et de confiance envers elles-mêmes avec une tendance au repli sur soi. Il nous aide également à accepter les processus de transformation et de vieillissement qui se manifestent au cours de la vie et nous assiste durant les périodes de transformations physiques et psychiques. Cet élixir sera recommandé aux femmes, au moment de la ménopause.

L’Elixir floral de Prunus nous aide à garder le contrôle quand nos ressources mentales et émotionnelles touchent à leurs limites sous l’emprise de circonstances particulièrement adverses, produisant alors comme un court-circuit, nous mettant « hors de nous ». Cette sensation de perte de contrôle peut se faire sentir au moment de la ménopause lorsque nos hormones n’en font qu’à leur tête et que les bouffées de chaleurs arrivent de manière violente et incontrôlable, malmenant alors notre confort et notre humeur.

En respectant les thèmes explorés plus avant, et vivre harmonieusement sa vie de femme d’autres composés floraux ou Elixirs Essentiels offriront si besoin une belle complémentarité au composé N°17 cycle féminin et au composé N°18 Confort Féminin 50+

Pour exemple : Le compose floral Grossesse (équilibre émotionnel de la grossesse), Le duo N°2 Nuit paisible ou le duo N°3 Détente corporelle, (permet d’accéder à un sommeil réparateur (N°2), et de se libérer des tensions émotionnelles ou physiques (n°3). Le composé floral et l’élixir Essentiel N° 5 Vie affective, (sexualité harmonieuse (libido)). Le composé floral N°13 Maturité (évoluer dans le temps sereinement). Le Duo évolution E-Essentiel N°10 et composé floral N°14 (pour accompagner le changement).

La Crème Assistance pourra elle s’utiliser en massage sur les zones où la douleur se manifeste, comme le ventre ou les seins… pour compléter l’action de celle-ci, Il est possible dans ce cas précis de lui ajouter quelques gouttes du composé Cycle féminin. (Mélanger dans le creux de la main, crème et l’élixir puis appliquer)

 

Citation :

Une femme est l’amour, la gloire et l’espérance ; aux enfants qu’elle guide, à l’homme consolé, elle élève le cœur et calme la souffrance, comme un esprit des cieux sur la terre exilé.

Gérard de Nerval

Vous aimerez aussi...

Il n'y a aucun commentaire sur cet article (pour le moment)

    Envie de laisser un commentaire ? C'est à vous !

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.