Le Blog de la Florithérapie
Relations Corps Âme Esprit, la base de la Florithérapie
Élixirs floraux DEVA Fiches techniques

Relations Corps – Âme – Esprit

Corps, Âme et Esprit : aux origines de la Florithérapie

La Florithérapie a vu le jour quand le Dr Bach est allé chercher dans la nature une réponse pour ses malades, une « autre » réponse par rapport aux moyens dont il disposait à l’époque, dans les années 1930, qui ne le satisfaisaient pas ! Scientifique, urgentiste, bactériologiste, il a toujours cherché, analysé, trouvé de nouvelles méthodes.

Face aux besoins de sa patientèle qu’il a placé dans une sphère plus subtile que celle que l’allopathie apportait ; il est sorti de la matière et/ou est allé traduire ce que le corps et la maladie exprimaient… Ce qu’aujourd’hui nous entendons et comprenons de mieux en mieux, cela rentre dans notre langage de faire le lien entre le psychisme, le mental et le corps (ou le corps, l’âme et l’esprit) et d’en analyser les somatisations. Le Dr Bach a entamé cette belle et grande ouverture dans l’histoire du soin, comme un chamane des temps modernes, un précurseur… du naturel, du bio même ?

« L’état d’esprit a un impact sur la santé »

Fort de ce constat, il s’est donc tourné vers l’eau de source dont le recueil de l’énergie vibratoire des fleurs et végétaux est rendu possible par la fusion des 4 éléments liés à la vie : l’eau, la terre, l’air et le soleil ! On peut rajouter aussi le 5ème, l’Ether qui joue un rôle de transmission et de synergie des 4 autres.

Il a alors cueilli les fleurs qu’il assimilait à une émotion tout d’abord ressentie par lui et dans leur pic de floraison, dans leur apogée, les a délicatement déposé à la surface de l’eau de source et laissé solariser cette mixture le temps que l’eau se charge de l’énergie vibratoire de chaque végétal… et ce en conscience de cette alchimie naturelle.

L’action émotionnelle des fleurs de Bach

Les 38 quintessences forment la base de la florithérapie, divisée en 7 familles d’émotions : les peurs, l’hypersensibilité face aux autres, le manque d’intérêt pour le présent, le souci excessif au bien-être d’autrui, le découragement et le désespoir, le doute et l’incertitude, la solitude.

Le ton est donné dans ce panel d’émotions en distinguant aussi les Fleurs d’émotions passagères, d’urgence, enracinées, ou de type soit de comportement ; cette thérapie est très respectueuse de ce que vous êtes, de votre caractère docile ou impétueux, meneur ou farceur, sensible ou rigide…

L’action de la Fleur impulse une énergie positive par rapport à une émotion vécue en négatif ; « ne pas combattre le défaut mais développer la vertu opposée » ! disait Bach… Faire alliance avec ses émotions, trouver le chemin de la bienveillance avec soi-même, trouver l’équilibre, rester aligné, évoluer positivement selon sa mission de vie…

Les élixirs contemporains : le lien corps – esprit renforcé

Florithérapeute et praticienne depuis près de 15 ans, je travaille avec les élixirs Deva depuis plus de 5 ans et y trouve une raison d’être précieuse et un vif intérêt. Je pense que le Dr Bach a établi la base de sa thérapie qu’il pensait complète avant de disparaître en 1936 à l’âge de 50 ans, et qui l’est si on pense qu’elle balaye toutes les émotions qu’un être humain puisse connaitre, mais c’est sans compter l’évolution rapide de notre monde et société !

Philippe Deroide (fondateur du laboratoire Deva) dans la continuité, a su garder le processus pur et simple de la méthode de fabrication et a su, surtout adapter d’autres végétaux en phase avec des émotions plus contemporaines.

Ma première réflexion sur l’apport des élixirs floraux Deva, est que beaucoup font le lien entre l’esprit et le corps et plus précisément les tensions musculaires.

Ce dont était sans doute moins conscient Bach à l’époque, le stress et ses conséquences sur l’homme, était vécu différemment car le rythme de vie plus lent, moins exigeant qu’aujourd’hui. On connait mieux l’impact d’une émotion sur notre système vasculaire, musculaire, nerveux, car nous parlons bien d’une médecine holistique qui prend l’être dans son entier, son vécu tant corporel que psychique, voire cellulaire.

Mise en lumière du lien Corps – Âme – Esprit

En fin de séance après avoir « épluché les premières couches de l’oignon » et cerné la situation émotionnelle de la personne, ses besoins et blocages, je demande toujours si cela n’a pas été évoqué auparavant, quelles sont les douleurs ressenties dans le corps, les maux ?

Par exemple, je donne souvent le Poirier, le Pissenlit élixirs qui prennent parfaitement en compte les tensions nerveuses et musculaires pour regagner en aisance et apaisement dans le corps sans négliger l’état d’esprit…

Les devises résument ainsi leur message et information comme tels : j’écoute mes tensions corporelles – je me décontracte et me réaligne – je me libère des tensions anciennes et larvées – je favorise la détente.

Lorsque les premiers mots d’une personne lors d’une séance de florithérapie, s’accordent à dire « J’en ai plein le dos ! », Lilas s’impose comme l’élixir de la flexibilité pour rééquilibrer la circulation énergétique du corps, le but étant de rester droit tant au niveau psychique que physique… véritable réponse concrète pour les sportifs, les compétiteurs, les hommes de labeur pour qui la colonne vertébrale doit être sure et solide !

Et comment ne pas penser à l’Arnica que nous connaissons si bien par la voie homéopathique ? Cet élixir garde tout son sens d’ailleurs, tant en termes d’apaisement après une épreuve difficile ou un choc, chute ou traumatisme, qu’en terme de récupération plus rapide et donc plus sereine. L’arnica peut être employé en soutien des granules, en prévention ou juste après l’événement traumatisant… pendant quelques jours, le temps nécessaire au bon rétablissement.

Aussi, par exemple en ce qui concerne le domaine de la « protection », le spectre des Achillées blanche, jaune et rose offre aussi des différences subtiles et adéquates à nos peurs de ce jour, de par les pollutions diverses sonores, chimiques, environnementales qui se développent autour de nous et contre lesquelles nous devons nous protéger. Edward Bach n’a pas eu le temps de les envisager… à son époque.

L’Angélique, l’élixir « du seuil » apporte un soutien considérable lors d’un grand changement de vie où résident le doute et la peur notamment de l’inconnu ; qui n’a pas connu le fait de « se jeter à l’eau » pour une nouvelle relation, direction sociale, orientation professionnelle, un déménagement, ou un nouveau job ? Angélique aide à passer le cap avec conviction malgré l’incertitude.

Et nous avons encore tant de choses à découvrir en florithérapie ; le geste du végétal, ce qu’exprime le langage floral, le schéma transpersonnel de chacune d’elles. Véritable médecine holistique la florithérapie telle que Deva la développe, nous permet d’apporter une lecture sur le corps plus précise et d’en traduire le message des symptômes.

Isabelle Bourdeau, Florithérapeute – L’Apogée de soi

Vous aimerez aussi...

2 commentaires

  • Répondre
    durand
    29 mai 2019 at 11 h 47 min

    merci Isabelle de cette richesse des mots pour appuyer encore et encore cette relation Corps -Ame- Esprit ! la lecture de l’article me remet en tête des infos que j’avais oublié.

    au plaisir de vous relire !
    Elisabeth

  • Répondre
    Marie-Pierre BATT-ROBERT
    29 mai 2019 at 12 h 55 min

    Merci beaucoup pour ce beau développé de l’évolution de la florithérapie ! Cet article résonne beaucoup avec ma pratique. Bel après-midi à vous!
    Marie-Pierre.

Envie de laisser un commentaire ? C'est à vous !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.