Sources
Écrire un commentaire

Les trois composantes essentielles aux fleurs de Bach / 1 les émotions

4.1.1

Les émotions

Les définitions et classifications des émotions sont nombreuses et complexes.

Définition

 

Le dictionnaire en donne la suivante : « Sentiment puissant, le plus souvent incontrôlé, pouvant affecter le comportement d’un individu« . En ce sens, l’émotion relèverait du domaine du sentiment et de l’affectif, à l’opposé de la pensée et du cognitif.
Nombreux sont les psychologues ou auteurs qui ont tenté de définir les émotions de base, qu’ils appellent aussi « émotions primaires » ou « émotions fondamentales », ou encore « émotions universelles ». Force est de constater que leur nombre, aussi bien que leur nature, diffère selon les auteurs – de trois à dix ! 
La médecine chinoise en répertorie cinq : 
Peur – Colère – Joie – Souci – Tristesse
John Watson en cite trois :
Peur – Amour – Rage
     René Descartes en nomme six :
    Joie – Amour – Admiration – Désir – Tristesse – Haine

       L’étymologie nous indique que le mot « émotion » vient de ex-movere, qui signifie en latin : « mettre en mouvement quelque chose qui va de l’intérieur vers l’extérieur ». Ainsi, si un évènement extérieur vient déclencher une émotion, c’est qu’il a touché quelque chose à l’intérieur de nous-mêmes qui demande à son tour à se manifester et à prendre forme à l’extérieur.

      Une énergie vitale à bien utiliser

       

      Les émotions sont par nature ce qui nous meut, une énergie et un mouvement; elles se manifestent tour à tour à chaque instant, et sont régies dans leur mouvement par des lois simples d’autorégulation. Elles sont primordiales, vitales, et dans un système d’harmonisation émotionnelle, il n’est nullement question de les supprimer, encore moins de laisser supposer qu’elles seraient nocives. Une émotion rencontrée, accueillie, vécue, traversée, ne laisse pas de trace, elle est un des intermédiaires de notre expression au monde.

      Cette définition est amplement validée par les milliers de témoignages reçus de personnes qui, après avoir pris des fleurs de Bach, ont remarqué que quelque chose avait « bougé » en elles, depuis la prise de fleurs. Cette explication ne cantonne pas les émotions au seul domaine des sentiments, mais ouvre largement la compréhension aux autres domaines de la pensée, des sensations et de l’intuition.

      Émotions et fonctions jungiennes

       

      Les quatre fonctions établies par Jung font penser aux principes sur lesquels Bach s’appuie. Elles se mettent en place en nous (selon des proportions variables) durant le processus d’individualisation, toujours par couple, selon deux grands axes : l’axe pensée-sentiment et l’axe sensation-intuition.
      Ainsi chacun d’entre nous possède :
      • Une fonction principale et une fonction inférieure
      • Deux fonctions secondaires
      Si, par exemple, votre fonction principale est la pensée, votre fonction inférieure est le sentiment, tandis que vos fonctions secondaires sont la sensation et l’intuition.
      Nous pouvons alors définir les émotions comme ce qui est mis en mouvement en nous-même par nos pensée, sentiments, sensations et intuitions. Le travail sur soi serait alors une tentative d’équilibrage de ces quatre fonctions.

      Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *